text

​Zambie ... Baignée par les méandres du Zambèze, un étrange charme poétique.

Un safari en Zambie se transforme toujours en aventure. La simplicité, parfois sommaire, des camps dégage une authenticité qui prévaut sur le manque relatif de confort. Ici, pas de minibus bondés,, de dépistages radio, d’hôtels surdimensionnés, de routes obligatoires, d’animaux harcelés...Rien que de petits camps aux tailles familiales, marqués à tout jamais par l’esprit de leurs fondateurs respectifs auquel chaque voyageur doit s’adapter, comme à la nature, puissante et volontaire, qui partout règne en maître. 


En Zambie, plus que dans tout autre pays d’Afrique, l’homme se tient instinctivement à l’écoute de la nature, ici, le moindre crissement devient signe, le moindre craquement se fait indice, témoin d’un présence, d’une vie nécessairement sauvage, irrémédiablement secrète qui ne se dévoile qu’a ceux qui la désirent sincèrement, qui la rêvent. Et dans la savane zambienne, la première manifestation de vie vient du ciel. Strié régulièrement par les 400 espèces d’oiseaux qui lui confèrent une gaieté incomparable, le ciel de la Zambie mérite qu’on lève les yeux vers lui, quitte à abandonner pour un temps la quête, trop souvent obsessionnelle des « Big Five » qui restent les maîtres incontestés des terres. 

La richesse nichée au cœur des terres zambiennes, majoritairement consacrées aux zones sauvages et protégées, n’a toutefois rien n’à envier au foisonnement de sa population ailée.30% du territoire est dédié à la nature et aux réserves animalières. Toutefois, nombres de ces parcs sont difficiles d’accès, voire impraticables, quand encore ils sont dotés de lodges.Aussi ces terres sauvages, encore peu visitées, ont-elles de quoi satisfaire les rêves les plus fous des aventuriers en quête d’un safari authentique et d’un monde au sein duquel le luxe émane exclusivement du milieu naturel. En effet, si les trois principaux parcs du bas Zambèze, de la Kafue, et du sud Luangwa en particulier proposent un hébergement relativement agréable, l’infrastructure touristique est si peu développée en Zambie que même les amateurs de Robinson Crusoé y trouveront matière à revisiter l’expérience fascinante et unique de leur héros en vivant plus encore qu’en observant la vie sauvage.

Bien que la présence rassurante et chaleureuse d’une quinzaine de camps dans la parc national du sud Luangwa ait contribué à en faire la destination nature la plus fréquentée de Zambie., la richesse et l’intérêt de sa faune jouent pour beaucoup dans ce succès touristique. Même si la Zambie n’est pas aussi riche en variétés d’espèces animales que l’Afrique du Sud, on peut toute